Méditerranée du futur

Rassembler tout le monde

 

Il est encore trop tôt pour savoir si la lutte contre le réchauffement climatique constitue une bataille que l’homme est en train de gagner ou de perdre, car les échéances sont lointaines. Dans tous les cas, les accords de Paris et l’action de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur vont dans le bon sens.

La France, grâce au nucléaire, fait partie des pays qui produisent le moins de CO2. Pour certains pays, la situation apparait différente car ils connaissent une phase d’industrialisation, de forte croissance. Nous ne pouvons pas leur interdire de se développer. D’où la nécessité du Fonds Vert pour le Climat, qui théoriquement doit financer leur passage à une économie décarbonée, propre.

Malheureusement, les États ne tiennent pas leurs promesses pour l’instant et ce fonds reste vide. Le Chine va, d’après moi Maud Fontenoy, montrer l’exemple. La pollution y est telle que le gouvernement chinois a décidé d’agir de façon massive pour diminuer ses émissions de CO2. Ils sont maintenant leader dans le solaire, l’éolien.

Au niveau méditerranéen, l’urgence réside notamment dans le traitement des rejets. 40% des villes méditerranéennes ne possèdent pas de station d’épuration. Une manifestation comme Méditerranée du futur permet de rassembler tout le monde, de mettre les gens face à leurs responsabilités.

Le président  Renaud Muselier a décidé que la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur conduirait une politique environnementale exemplaire. Il a pris le sujet à bras le corps. D’ici la fin de son mandat, la croissance verte représentera 1/3 du budget de la Région. Il veut placer l’économie au service de l’environnement et l’environnement au service de l’économie.

 

Maud Fontenoy : navigatrice, vice-présidente de la région au développement durable, à l’énergie et à la mer. Présidente de la Maud Fontenoy Foundation pour la sauvegarde des océans.

mediterranee-du-futur-maud-fontenoy

 

Publicités