Maud Fontenoy : « J’ai en marre de ceux qui tuent les océans » »

Patrick Simonin : En 2003, vous avez traversé l’Atlantique à la rame, le Pacifique en 2005 et effectué en 2007 le tour du monde à la voile à contre-courant.

Vous êtes, Maud Fontenoy, la navigatrice préférée des français et bien au-delà de la France on vous admire beaucoup. A travers La Maud Fontenoy Foundation , vous lancez un cri d’alarme.

Rappels sur la Journée Mondiale des Océans

carte-océansMaud Fontenoy : Alors on a une journée c’est la Journée Mondiale des Océans, il faut être très efficace car on parle de plus en plus d’environnement mais pas suffisamment, pour moi, des océans. Ils représentent quand même les trois quarts du globe. Ce sont des ressources indispensables à la survie des hommes tous les jours et malheureusement encore aujourd’hui quand on parle d’écologie on pense « vert » et on ne pense pas « bleu ».

Je ne cesse de répéter, dans un cadre éducatif dans tout le milieu scolaire français et à l’international. En effet, la Maud Fontenoy Foundation développe des programmes au Canada, à Madagascar et aux États-Unis. Le but étant, d’arriver à apporter de la connaissance : faire comprendre que le Grand Bleu, c’est la marmite de l’humanité.

Le rôle des océans, rappels par Maud Fontenoy

océans-maud-fontenoyC’est 3 milliards de personnes qui ne mangent que grâce aux océans. C’est la régulation du climat, on oublie que c’est l’oxygène que l’on respire. On dit toujours que l’oxygène ça n’est que les forêts amazoniennes mais non, les océans sont un puits de carbone : 50 à 70% de l’oxygène que l’on respire provient des océans.

C’est également la trousse à pharmacie de demain, ce auquel on pense peut aussi : on travaille sur l’étoile de mer pour étudier le cancer, on travaille sur la méduse pour la maladie d’Alzheimer…

Les programmes éducatifs de la Fondation

Patrick Simonin : Maud Fontenoy ,vous avez tourné dans une expédition avec des jeunes enfants handicapés.

Maud Fontenoy : Dans les programmes de la fondation, il y a toujours un côté d’aller voir sur le terrain donc régulièrement je fais naviguer des enfants sur mon voilier: des enfants qui n’ont jamais vu la mer, des enfants de cités, des enfants en rémission de cancer…

antarctiqueLà c’était une expédition particulière. Nous avons eu la chance de partir pendant un mois sur la péninsule antarctique. Donc dans le grand blanc avec des images incroyables, le Grand Blanc qui se reflète dans l’eau, c’était un paysage à couper le souffle. Ces ambassadeurs sont les porteurs du message de la fondation auprès des trois millions de collégiens qui suivaient le programme sur la biodiversité.

Les emmener là-bas n’était pas anodin, c’était parce que le réchauffement climatique il est templifié au pôle sud comme au pôle nord et se dire que là-bas où aucun être humain ne vit (températures à -89°C) donc là où il n’y a que le bases scientifiques, on croise des sacs plastiques, des bouteilles, des papiers de bonbons…et de se dire que tout cela communique et malheureusement tue des animaux marins et revient dans nos assiettes.

En effet, les poissons que l’on pêche aujourd’hui, on retrouve plusieurs métaux lourds dans leur chair. Ainsi, je rappelle Maud Fontenoy que c’est aussi une question de santé publique que de préserver ce Grand Bleu.

Patrick Simonin : Alors, est-ce que la Journée des Océans va occasionner une prise de conscience de cette réalité que vous décrivez Maud?

Une prise de conscience collective et individuelle

Maud Fontenoy : Je pense que le grand public est conscient qu’il y a des désordres et qu’il faut les régler. Je crois beaucoup dans l’action collective mais individuelle. Si j’ai réussi à traverser plusieurs océans à la rame, c’est bien qu’on a une volonté forte au fond de chacun de nous pour réaliser de grands projets.

Donc oui pour moi il est possible de changer le comportement mais de ne plus parler d’écologie alarmiste et culpabilisante. Aujourd’hui je pense que ce temps-là est révolu. Aujourd’hui l’écologie, dans l’innovation, dans la création, dans l’invention, dans l’entreprise mais différente. On ne doit pas arrêter de consommer mais produire différemment.

C’est pour ça qu’on éduque les enfants via la Maud Fontenoy Foundation parce que ce sont les futurs chefs d’entreprises, les futurs hommes politiques, décideurs…

Les programmes et kits pédagogiques de la Maud Fontenoy Foundation

Patrick Simonin : C’est pour ça, Maud Fontenoy que vous avez produit des kits pédagogiques contenant des fiches distribuées dans toutes les écoles de France.

kits-pédagogiques
Maud Fontenoy : On a programme sur l’eau, le fait que l’eau est un bien si rare. C’est le cycle de l’eau qui provient des océans donc l’eau dans tous les primaires de France. On a un programme sur la biodiversité, la richesse en vivants si importante pour la survie des humains dans tous les collèges et on a un programme dans les lycées sur les métiers de demain. C’est-à-dire comment nos enfants vont s’orienter vers des métiers qui respecteront l’environnement, qui seront novateurs. Comment peut-on aujourd’hui donner du sens au progrès, croire à l’intelligence collective et aller vers des métiers qui préserveront l’environnement. Ceci afin que l’environnement et l’homme soient enfin en équilibre.

Patrick Simonin : Vous avez rencontré les enfants l’été. Il y a un programme de la Maud Fontenoy Foundation, « la tournée des plages », « les oubliés des vacances à la mer » , « les sorties en mer à bord du voilier Tahia ». En d’autres termes, beaucoup de choses pour faire comprendre aux enfants notamment aux jeunes qui sont l’avenir que tout est là finalement.

Maud Fontenoy : Moi c’est vraiment mon cœur d’action, c’est l’éducation. Que cela soit à Madagascar ou ailleurs. L’éducation ça passe par le comité scientifique de l’éducation qui propose de la matière pour nos professeurs, les aider à faire passer ce message au sein de la Maud Fontenoy Foundation.

Cela passe aussi par des expéditions, des sorties en mer. On fait de l’éducation sur toutes les plages du littoral. On a eu aussi une grosse opération avec le Secours Populaire ; là ce sont des enfants qui ne sont jamais partis en vacances, qui n’ont jamais vu la mer qu’on a emmené pendant 4 jours à la Rochelle sur 4 jours de découverte du milieu marin pour des vacances inoubliables qui seront la possibilité de raconter lors du premier jour d’école.

Patrick Simonin : C’est de naviguer qui vous a donné cette prise de conscience Maud Fontenoy, vous vous êtes rendue compte qu’il fallait faire quelque chose?

Une vie en mer et des constats écologiques alarmants

déchetsMaud Fontenoy : Disons que j’ai eu la chance de passer plus de moitié de ma vie sur l’eau. Donc quand on est sur un bateau un peu long et que l’on croise un frigo au large de l’Antarctique , quand on croise une nappe d’hydrocarbures, quand on sait qu’il y a ce 8ème continent au large d’Hawaï et la Californie qui fait 5 fois la taille de la France où il y a 5 fois plus de plastique que de plancton, on se dit qu’il y a forcément quelque chose à faire.

Ensuite, quand on travaille sur les richesses que nous apporte le Grand Bleu ; c’est surtout ça que moi Maud Fontenoy veut faire passer comme message, ça n’est pas « tout va mal on part à la catastrophe ». C’est « vous vous rendez compte cette beauté incroyable et cette richesse« . La vie est née dans les océans. Aujourd’hui on est en sortis et on y retourne pour épuiser des solutions pour la survie humaine.

Donc il faut croire en la science et il faut protéger ce qui nous apporte des solutions. On ne pourrait pas s’offrir les services que nous rend la nature. Cela coûterait des milliards à l’économie mondiale, on ne peut pas se le payer. Donc préservons cette nature pour la survie de nos côtes, de notre nourriture, de nos enfants, de notre santé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s